On peut à juste raison dire que le Sénégal a joué un rôle de pionnier dans l'élaboration, la vulgarisation et la mise en œuvre des droits de l'enfant. Ainsi, notre pays a très tôt adopté les textes majeurs relatifs à la protection de l'enfance : 
- Convention des droits de l'enfant signée et ratifiée en juillet 1990,
- Plan d'action national pour l'enfance


Cependant, malgré l'important arsenal juridico législatif mis en place il subsiste encore des problèmes liés au traitement des enfants. Ainsi, « selon les estimations, on comptait en 1994, 475.000 enfants en situation particulièrement difficile de 6 à 18 ans.

Environ 100.000 de ces enfants sont des talibés mendiants vivant dans des circonstances caractérisées par la pauvreté, la malnutrition, l'errance et les violences physiques et morales.

On compte 293.783 enfants travailleurs de 6 à 18 ans…10.000 enfants de la rue ». Ces chiffres ont considérablement augmenté une décennie après, cette situation suscite bien des interrogations quant à l'efficacité des interventions menées jusqu'ici.

Il devient urgent aujourd'hui non pas seulement de mettre sur pied une structure de prise en charge des enfants en situation difficile (notamment les talibés) mais de repenser les modes opératoires de prise en charge et de résolution des problèmes.

C'est dans ce cadre de réflexion, d'engagement et d'action que vont s'intégrer les actions d'ADPT. En adoptant une démarche graduelle centrée sur les talibés, ADPT cherche à rationaliser ses actions futures et à s'approprier une compétence éprouvée.

 

Par ailleurs, intervenir auprès des enfants talibés est, eu égard aux conditions d'existence dans lesquelles ils se meuvent, une entreprise d'une haute portée humanitaire.

- la promotion d'activités socio culturelles, sportives et culturelles,
- la conception et la gestion de projets et d'activités de développement communautaire,
- le partenariat avec les structures publiques, parapubliques et privées, 
- la promotion de la formation et de l'insertion des jeunes,
- la promotion de l'échange solidaire,
- la création et la gestion de services sociaux, de centres techniques,
- l'aide à la recherche et à la création d'emplois,
- la protection de l'enfance.

Ainsi ADPT se propose d'investir le champ des activités de prise en charge et d'encadrement de ces enfants. La mise sur pied de notre réseau permettrait d'apporter une réponse idoine aux problèmes que posent les enfants en proie aux difficultés d'une existence soumise aux aléas de toutes sortes.

ADPT se propose ainsi d'investir le champ d'intervention de la problématique de l'enfant en situation difficile. Cependant, l'association se propose de mener une intervention structurée en sortant des sentiers battus. 

En effet pour qu'une intervention soit efficace il faut qu'elle soit rationnelle et durable et qu'elle s'appuie sur des schémas réalisables. ADPT a pour objectif d'intervenir autrement « il faut pour cela quitter le misérabilisme et la communication organisée sur un postulat d'assistance pour montrer les aspects dynamiques de l'enfance en situation difficile.

Il faut ensuite ne pas traiter l'enfant hors de son environnement, reconsidérer la notion de travail des enfants en prenant en compte les réalités de son environnement social, familial et économique. Il faut donc avoir une vision globale et non sectorielle de la problématique ». La typologie des enfants en situation difficile laisse apparaître des enfants en rupture, des enfants mendiants, des enfants travailleurs et des enfants désoeuvrés laissés à eux-mêmes dans un environnement en profonde mutation. Ces enfants et jeunes ont investi « l'espace rue » et dégagent le profil suivant :
- âge : 4 à 18 ans
- sexe : fille ou garçon
- origine : bidonvilles, quartiers populaires, villages
- parents : désunis, ruraux, néo-urbains, illettrés
- fratrie : nombreuse
- condition de vie : misérable
- niveau d'études : quasi inexistant
- expérience professionnelle : apprentissage
- qualités : courage, intelligence de survie
- loisirs : rue 
- perspectives futures : quasi inexistantes
Il faut rappeler que ce phénomène est consécutif à l'explosion démographique, à l'exode rural, aux mutations socio économiques et environnementales et au travail des enfants surtout dans un contexte de pauvreté et de raréfaction des ressources. A Dakar, ces enfants qui vivent de façon quasi permanente dans la rue sont facilement repérables aux haillons qu'ils portent. Ainsi, le projet ADPT vise à intervenir de façon efficace et efficiente en mettant en place de nouvelles modalités d'intervention tout en se basant sur les expériences de terrain menées jusqu'ici.

 

 

 

D’une population de 10 millions d’habitants, le Sénégal est à l’image de presque tous les pays africains majoritairement composés de jeunes ; 58% de la population ont moins de 20 ans. Cette caractéristique commune aux pays sous développés gêne considérablement les efforts des pouvoirs publics, efforts déjà fortement ralentis par un contexte économique, social et politique largement défavorable.

Malgré les efforts consentis, des franges entières de la population sont laissées en rade et ne bénéficient d’aucune prise en charge. C’est le cas des enfants en situation difficile. Selon des enquêtes menées récemment près de 500.000 enfants seraient en situation de détresse familiale et/ou sociale au Sénégal.

Dakar, métropole à la démographie galopante regroupant le quart de la population sénégalaise avec une population de 2,5 millions d’habitants et un taux annuel de croissance de 2,8 subit les contre coups d’un environnement socio économique difficile. Les « talibés » et les « fakh man » occuperaient une grande partie de ces statistiques. Ces jeunes âgés de 7 à 15 ans sont victimes des « destructurations » sociales.

Si pour les uns le « serigne »(marabout) ou éducateur joue le rôle d’autorité parentale, pour les autres ce concept ne renvoie à aucun signifiant parce que en rupture profonde avec une famille souvent victime elle-même de la pauvreté. Ainsi dans un contexte de pauvreté et d’affaissement des modes de prise en charge et de résolution des problèmes traditionnels, il est apparu de nouvelles formes de gestion des problèmes d’ordre social.

Des associations et organisations mettent ainsi sur pied des formules qui tournent autour de l’accompagnement psychosocial, de l’insertion par l’économique, etc. C’est dans cette dynamique que vient s’insérer l’Association ADPT élemen’t’erres …

Pourquoi nous ?